Les jeunes de la Ml du Haut Périgord débattent du Réchauffement climatique

Le Mardi 30 avril à Thiviers le débat expresso préparé et animé par Shaïna FALCOZ (volontaire en Service Civique) a réuni 14 jeunes. Le débat « réchauffement climatique, te sens-tu responsable ? comment pouvons-nous agir ? »était organisé en 3 phases, de l’exposition du problème à la mise en œuvre de propositions concrètes. A l’issue de ce débat jugé enrichissant par les jeunes plusieurs d’entre eux se sont engagés à participer à la journée d’action menée par la Mission Locale, mais aussi à limiter et trier leurs déchets, marcher d’avantage et favoriser les transports en commun et enfin télécharger des applications utiles sur leur smartphone.

Phase 1 : exposition du problème

A l’appui d’un photolanguage : les jeunes choisissent une photo qui exprime et définit selon eux le problème du réchauffement climatique. Par la suite une mise en commun est réalisée afin de définir ensemble le problème

En gras, les propos des jeunes

Premièrement nous avons pu constater que l’environnement n’est pas la première priorité. La priorité étant économique, l’environnement passe donc en second plan. Il est difficile d’associer le grand public à un phénomène dont il ne se sent pas directement responsable. C’est donc pour cela que la plupart des personnes n’agissent pas, car elles se disent qu’à leur petite échelle, elles ne pourront pas changer grand-chose mais elles se trompent. Pour cela nous pouvons prendre pour exemple la fable du Colibri. A notre époque, l’incendie ne concerne pas que la forêt tropicale. C’est toute la planète qui menace de s’embraser du fait des changements climatiques. Les conséquences environnementales et humaines sont déjà très lourdes et le seront encore davantage dans les années et décennies à venir. La morale étant que si tout le monde faisait le nécessaire à son échelle, on arriverait à sauver la planète.

Mais nous avons fait la remarque, qu’une prise de conscience et un certain engouement autour du réchauffement climatique s’est déclenché et ne cesse de grandir. Notamment car nous arrivons dans une zone de non-retour. C’est pour cela qu’il faut agir vite !

Le réchauffement climatique entraine en ce moment même plein de causes à effet, notamment la fonte des glaces, qui entraine une augmentation des océans et si nous n’agissons pas ceci débouchera sur l’engloutissement de certaines îles. Ceci entraine donc un cercle vicieux nous récoltons juste ce que nous avons semé.

Le problème vient principalement de l’homme et de sa manie à vouloir marquer et laisser sa trace. Le problème vient donc de la pollution qu’engendrent les activités humaines notamment l’agriculture, l’élevage, les transports, productions d’énergie (électricité, chauffage), la déforestation, la consommation de masse, la mondialisation, la production de produits chimiques…

Si nous n’agissons pas, les anomalies climatiques, les températures extrêmes, les maladies, les réfugiés climatiques, les inégalités de richesses et la pauvreté ne cesseront de se multiplier.

Nous en avons également déduit que nous réfléchissions trop à court terme, par exemple pourquoi inventons-nous des objets non recyclables comme les produits des centrales nucléaires par exemple.

Il ne faut pas non plus se voiler la face, car nous n’arrivons pas à nous détacher de cette consommation de masse, nous sommes toujours insatisfaits et nous voulons toujours plus. Mais cela causera-t-il notre perte ?

Et les usines nous aident au quotidien donc il est difficile de se détacher de cette facilité et de cette habitude. Pourtant les entreprises sont l’un des principaux acteurs du réchauffement climatique.

Nous pensons également trop au passé mais pas assez au futur, et nous ne nous mobilisons pas assez pour les bonnes causes notamment au niveau financier mais pas que.

L’homme au sens large a donc posé beaucoup de problèmes comme les marrées noires, La pollutions de l’air et de l’eau, la disparition d’espèces, la destruction d’espaces naturels et de la biodiversité, le braconnage, la disparition de la barrière de corail… Quand est-ce-que nous réparerons nos erreurs ?

Réchauffement climatique : c’est un phénomène global de transformation du climat caractérisé par une augmentation générale des températures moyennes (notamment liée aux activités humaines), et qui modifie durablement les équilibres météorologiques et les écosystèmes.

Phase 2 : dans l’idéal

Les jeunes s’expriment ici sur ce qu’ils aimeraient dans l’idéal… ça fait du bien de libérer un peu l’imaginaire… à tour de rôle en s’appuyant sur une photo, une pancarte ou une citation.

Dans notre monde parfait, les abeilles seraient beaucoup plus nombreuses et les lieux actuels seraient totalement préservés. Autour de nous serait présent une multitude de beaux paysages avec des plantes et des animaux en abondance. Les animaux sauvages auraient à nouveau leurs habitats naturels ainsi que les tribus. Les usines n’existeraient plus car nous aurions trouvé une alternative aux énergies fossiles et cela serait non polluant. Les braconniers n’existeraient plus également, car l’amour serait tellement fort et présent dans ce monde parfait que personne ne verrait l’intérêt d’infliger une telle souffrance à son prochain. Les transports seraient eux aussi non polluants et on favoriserait le déplacement à pied, vélo, ou encore à cheval.

Les supermarchés ne proposeraient que du local et des fruits et légumes de saison et en vrac. Cela limiterait donc considérablement les exportations et importations.

Les objets en plastique n’existeraient plus. La plupart des objets seraient biodégradables mais ce n’est pas pour autant qu’il faudrait les jeter.

L’agriculture serait tournée vers une approche plus écoresponsable qui se rapproche de la permaculture. Au lieu d’utiliser des produits phytosanitaires et chimiques, on utiliserait des insectes et plantes pour que cet « écosystème » soit complètement autonome.

On voudrait également que les personnes qui ne respectent pas l’environnement soient « figés sur place » un certain temps en fonction de la gravité de leur faute.

Phase 3 : des propositions concrètes à mettre en œuvre

On ne se censure pas, on jette des pistes sur le papier, des propositions et on se dirige vers le concret

Comme propositions concrètes nous pourrions déjà commencer par favoriser les marchés, les produits locaux et de saison ou tout simplement aller dans des supermarchés en vrac. Nous pourrions également utiliser les transports en commun plus souvent ou faire du covoiturage sur les longs trajets plutôt que d’utiliser la voiture seule ce qui est très polluant et qui est moins ludique que d’être à plusieurs. Sur les courts trajets il est préférable de marcher, ou alors de prendre le vélo, la trottinette…

Nous pourrions également sans forcément devenir végan, limiter notre consommation de viande par exemple ne pas manger ni de viande ni de poisson une fois par semaine.

Sur ces points, certains ne se sentent pas prêts.

Il faudrait notamment faire attention à notre consommation d’eau et d’énergie, notamment en privilégiant des douches plutôt que des bains et mettre une brique dans la cuve, comme ça on diminue le nombre de litres d’eau POTABLE par deux ou récupérer l’eau de pluie et l’utiliser pour les toilettes. Dans les deux cas cela fera du bien à la nature et au porte-monnaie.

Et également en éteignant les appareils au lieu de les laisser en veille ce qui consomme beaucoup d’énergie.

Parlons un peu de l’actualité, la plupart étaient un peu dérouté suite au montant du don pour Notre-Dame, pour eux un tel montant devrait plutôt être versé pour l’environnement qui est actuellement une priorité. Comme proposition nous pourrions demander aux personnes les plus riches d’investir, ou bien, de demander au moment où l’on paye, de verser quelques euros pour une association ou fondation pour l’environnement. Le gouvernement pourrait également faire un prélèvement à la source, ou directement sur le salaire.

On pourrait également se tourner vers une approche plus minimaliste, notamment en réduisant considérablement les objets non recyclables. On pourrait ajouter à cela le fait de se tourner vers les énergies renouvelables.

Il faudrait également arrêter les pesticides et OGM, on pourrait tout d’abord commencer par désherber son jardin à la main, en plus ça fait faire un peu de sport.

Il faudrait également que nous nous mettions à construire des maisons complètement autonomes, basées sur les énergies renouvelables. On pourrait par exemple utiliser de la paille pour isoler, cela réduirait la consommation du chauffage minimum par deux. Qui sait, si on reste utopiste, peut-être que dans 50 ans nos maisons seront tellement autonomes que nous n’aurons même plus besoin de centrales électriques.

Présentation de ressources :

Pour conclure et réellement passer à l’action Shaïna, a présenté plusieurs applications et sites ressources. Les liens ont ensuite été envoyé aux jeunes par mail. Voici les liens :

90 Jours :  https://90jours.org/

WWF : We Act for Good : https://www.wwf.fr/agir-au-quotidien/we-act-for-good

Jagispourlanature.org : http://www.jagispourlanature.org/

Greenpeace : https://www.greenpeace.fr/

Ecosia : https://www.ecosia.org/?c=fr

too good to go : https://toogoodtogo.fr/fr

Et après

L’idée est également de proposer suite à ce débat une journée collective avec des actions concrètes pour le climat. Du type #trash tag challenge (Trouver un lieu rempli de déchets, le nettoyer et photographier l’avant-après), fabrication de boite à livres…